05/07/2012

Banquet républicain à Genève. Lettre à Rousseau, premier Indigné.

Monsieur  Jean-Jacques Rousseau,

Je vous  remercie d'être né  le 28 juin 1712.  Car cela m'a permis de passer une bonne soirée  jeudi dernier   28 juin 2012, au parc La Grange  avec la douce ondée vespérale qui montait des rives du Léman et caressait les esprits.Captureule recadré.PNG

Genève organisait un banquet républicain en l'honneur du  Tricentenaire de son célèbre citoyen: vous-même.
 
Célèbre  est trop faible, un mythe, une aura, un halo...
 
 

 

Luc Ferry est venu philosopher de France pour rappeler à juste titre que vous êtes assurément  Suisse. Ce que la machine hexagonale à panthéoniser, franciser, parisianiser tout ce qui brille du monde francophone oublie régulièrement ! Seul votre lointain ancêtre Denis Rousseau venu trouver refuge protestant  à Genève en 1549  était parisien, comme vous le savez.

Helvètes et genevois eux,  ne doutent pas de vos origines.

Vous avez été encensé ce soir là par les voix du Maire de Genève Rémy Pagani, de Mme Micheline Calmy-Rey, personnalité politique féminine de premier plan, du Conseiller d'Etat Charles Beer, de M. Sami Kanaan,  philosophes, artistes, invités....

Et tout ce beau monde de scruter votre « modernité ». Bizarre car le terme n'existait probablement pas au XVIIIème siècle ?

Vous concernant, je préfère largement parler d'Ombre des Lumières, l'intitulé du spectacle original qui a suivi le banquet, avec le  son  produit en direct par le Big Bang Orkhestrâ. Bel hommage à votre activité de musicien.

Oui, Monsieur Rousseau, vous êtes hyper contemporain  par le souffle lancé au-delà des siècles  qui agite encore nos consciences.

Qualifié de Premier Philosophe politique, vous avez effectivement défini les bases de nos Droits de l'homme -et de la femme !- de  citoyen, droits éducatifs etc. Votre lien majeur avec la nature se nomme aujourd'hui l'écologie.

ROUSEAU, L'INDIGNé PARADOXAL ISSU D'UNE TRAGEDIE SANS NOM !!!!!

Vous avez effectivement ouvert la renaissance idéologique du siècle des Lumières. Mais ....à votre corps défendant !

Cette magnifique date de naissance dignement célébrée est en réalité celle d'une tragédie. Vous naissez. Votre mère meurt.

La vie, la venue au monde, c'est habituellement 1+1=2.

Votre équation personnelle c'est (+1-1) = 0.

Une naissance pour une mort. Une naissance contre une mort.P1040151.JPG

Dame nature a cassé votre contrat social initial au premier jour de votre existence.

Le pacte que chaque être vivant reçoit en cadeau de la Vie, celui de naître d'une mère et d'en être aimé, vous a été refusé au départ.

Vous ne pourrez dans votre petite enfance vous fondre en elle pour ensuite mieux vous en séparer et construire votre individualité.

Durant toute votre existence, vous  rechercherez cette mère perdue  en vous étourdissant de relations avec les femmes,  trompant votre épouse Marie-Thérèse à ne plus va.

Pour mieux les séduire toutes et détecter en elles ce que chacune peut raconter de votre chère disparue.

En  grand séducteur  que vous êtes, vous passerez votre temps à les rassurer, à réparer. A tenter de réparer l'irréparable.

Il vous a été interdit d'être fils par cette perte originelle. Vous ne réussirez jamais à être père. Vous abandonnerez vos cinq enfants.

Votre lien social naturel étant rompu au départ,  vous considérez qu'il faut le fabriquer mais ...autrement. Vos véritables enfants seront en réalité...vos livres !

La bibliothèque de votre mère constituait votre unique lien physique, visuel  avec Elle. En plus des soupirs de votre Père face à cette délicieuse épouse perdue... Paradis perdu.

Votre reconstruction personnelle -thérapeutique ?-passera par  une impressionnante  élaboration intellectuelle philosophique associée  à une  recherche éperdue,  irrépressible  de sensualité.

En composant la Nouvelle Héloise, vous ouvrez les portes du romantisme  et de l'expression individualiste si forte aujourd'hui. Du sentiment amoureux. De l'intime. De l'intimité perturbée, matière à psychanalyse (si genevoise...)

Votre système de  pensée reste plus que paradoxal. Donc hyper moderne ! Vous allez démontrer  comment tout citoyen en votant librement pour telle option politique, met en place le système légal des lois  qui va le contraindre et auquel il devra s'assujettir.

Votre tragédie initiale vous a probablement rendu le premier Indigné de l'histoire comme homme en tension et du malheur ?

Indépendant, aussi. Vous vous autorisez à vous affranchir allègrement des règles sociales qui vous pèsent  en totale liberté. Que cela soit  accepté ou non par les autres, peu vous importe !

         HOMME DE PARADOXES PLUTÔT QUE DE PREJUGéS

"Pragmatique idéaliste ", vous avez une singulière manière de mettre en pratique vos idées. Vous allez jusqu'à parjurer votre foi calviniste pour mieux goûter aux charmes de Madame de Warens à Chambéry «  votre miel, votre pervenche » la première fleur que vous faites entrer à l7 ans dans votre herbier personnel.

Problème : elle est une mère de substitution puisque vous la nommez  « maman » Et elle de vous répondre « petit » !! (l'histoire dit peu que  cette dame était une  vaudoise d'origine ayant abjuré, elle aussi.)P1040115.JPG

Lorsqu'elle vous quitte, vous quittez la foi catholique pour revenir au bercail par mouvement pendulaire !

En assumant l'évidente contradiction, sans crainte, vous,  esprit si  libre !

Et de continuer à herboriser les femmes pour goûter de chacune  son parfum...portable.PNG

D'ailleurs, jeudi dernier, Jean- Jacques, j'ai cru vous apercevoir à côté d'une charmante, en pleine cueillette...

Non ! Il s'agissait en réalité d'un acteur moderne puisqu'il  a finalement sorti de sa poche son ...téléphone!

 ANTIQUE CHOEUR FEMININ LEMANIQUE

Jean-Jacques, cette confidence....

Il n'y avait plus de place assise au banquet en raison de son succès populaire. Je me suis donc installée sur les bancs externes, me retrouvant en compagnie de quatre charmantes genevoises très âgées qui, ne pratiquant pas internet,  ne s'étaient inscrites non plus au repas.

Vous auriez tellement adoré, tout comme moi, avoir passé la soirée en si charmante compagnie !

Brillantes, spirituelles, toutes confessions représentées, elles connaissaient  leur monde local sur le bout des doigts. Tel  monsieur qui passait devant nous fut qualifié de  « très très vieille famille genevoise » tel autre de  «  brillant historien »  L'une d'elles  avouait, malicieuse, regard pétillant   avoir été le professeur du Conseiller d'état présent au banquet...alors âgé de  12 ans.

Finalement, je suis intimement convaincue que jeudi dernier,  Jean Jacques, vous assistiez bien à ce  banquet républicain. Mais formellement placé.... parmi ce chœur antique de délicieuses dames mémorables, si fatiguées car  appuyées sur leurs cannes  et si vives ...d'Esprit de Genève!

Tout comme vous !

Sylvie Neidinger.

1) ville de Genève culture

château de penthes,rousseau,geneve,indignés,28 juin 17122)Centre de recherche rousseauiste

3)Nota cet article visiblement a "séduit" . Il est cité dans le compte rendu de l'année Rousseau MRL page 11

Tags : rousseau, genève, philosophie des lumières,micheline calmy-rey, charles beer,sami kanaan, luc ferry,MRL

 

crédit images photos Neidinger

 

Rubrique #Protestantisme

 

Les commentaires sont fermés.