UA-65882359-1

14/04/2012

Sarko, son affiche et la mer: il prend l'eau!

Le Président Sarkozy donne à lire ces derniers temps  une intéressante corrélation de son Moi avec l'univers marin  par une série d'actions significatives décalées.

On se souvient. La première action   régalienne de gouvernance qu'il commet une fois élu en mai 2007   consiste à s'isoler au large de Malte   avec son épouse sur le Paloma, yacht de luxe appartenant à Vincent Bolloré. Un  site parodique met la balade navale surprise  en exergue.

Cet  acte politique manqué - se mettre en vacances en mer  au démarrage !-reste encore  aujourd'hui incompréhensible aux yeux des français car l'homme politique  fut élu sous la thématique de la valeur travail entre autres.

Acte 2 : Pour la campagne 2012, l'affiche retenue est composée à moitié dans sa verticale droite  d'une étendue aquatique   calme et bleue de rêve.

DSCN2169.JPG

(Avec un  petit scandale au passage. L'agence de création a repris  un cliché grec de la mer Egée trouvé gratuitement sur internet au lieu de se payer une photographie des eaux territoriales de la France !)

Il eut été prudent que Nicolas Sarkozy s'éloignât de toute référence maritime  qui donnait corps au souvenir mal vécu de ce yacht.

Mais probablement attiré par un futur bon jeu de mot du type  «  je ne suis pas capitaine de pédalo, moi, je dirige le navire France » le Président sortant s'est imaginé en Pacha.

 J L Mélenchon avait effectivement traité François Hollande de capitaine de pédalo lors des primaires.

A cette erreur initiale  du choix  sarkoziste  de la symbolique  croisiériste s'ajoute le « coquin de sort » qui s'acharne. Mauvaise chance, l'affiche de campagne sort en pleine tragédie italienne du Costa Concordia !

Acte 3 : le Président  déclare dans le JDD du 7 avril dernier «  je sens la vague monter » Phrase qui  a bien  fait  rire les surfeurs. Certaines vagues sont attendues longtemps voire  ne présentent jamais le bout de leurs gouttelettes.

Présence à Fukushima : mensonge délibéré ou « délire   à verbe ouvert »?

Acte 4 : N Sarkozy  déclare le 6 avril dernier à Caen   en meeting, avoir visité Fukushima avec NKM, comme il  avait dans le passé faussement  déclaré être allé à Berlin au... premier  jour de la Chute du Mur , soit avant même presque que le peuple allemand  n'ait pris la mesure de l'évènement !

L'incroyable mensonge de  sa  fausse présence   sur les lieux du raz de marée nippon -tragédie étrangère qu'il instrumentalise dans le cadre de la campagne électorale française -vient d'être sanctionné d'une protestation officielle du Japon !

S'agit-il d'un délire incontrôlé  très inquiétant de la part d'un Président de la République en surchauffe ou d'un mensonge volontaire? C'est inédit.

L'AFFICHE BIZARRE

Revenons à la sémiologie de son affiche électorale méditerranéenne. Curieux choix d'une moitié du document  consacrée à l'élément aquatique, vital certes mais matière instable.

L'eau n'appartient pas à  un univers politique naturel ! Océan des loisirs,  des poissons et des pêcheurs : certainement pas lieu de vie comme ne l'était le village de fond des affiches de F.Mitterand. Ou plutôt les pommiers de J Chirac pour rester dans le même bord politique.

Sans même convoquer l'ancêtre socialiste, l'affiche de François Hollande s'inscrit dans un paysage que l'on soupçonne corrézien. Du très classique. Il nous regarde droit dans les yeux.

Le regard de Nicolas Sarkozy semble lui, perdu dans le  -la !- vague.

Dans l'image, N Sarkozy semble flotter, sans support. Doit-on  lire en message inconscient un remake de mauvais goût du Christ marchant sur les eaux ?  Lui seul, N Sarkozy étant capable de l'exploit,  surtout avec le slogan « une France forte » ?

Slogan douteux car on y entend aussi ....Frankfort !

Autre message de l'affiche : la mer est calme, étale. Lui, si fort, aurait donc calmé, dominé, les éléments naturels si puissants ? Bigre.

Demain dimanche 15 avril, Nicolas Sarkozy attend   à Paris une.... marée humaine pour le soutenir.

Là encore : mauvaise pioche ! Il a choisi la place de la Concorde, ce centre de commandement de la politique française idéalement placé entre l'Elysée et le Parlement.

Attention ! Concorde est la version française du  nom du yacht « Concordia »  lamentablement échoué sur les roches de l'île du Giglio par la négligence du désormais célèbre Francesco Schettino.

Il y a un danger certain en politique à se laisser comparer, même indirectement  à ce  capitaine italien incompétent, inconscient,  coupable d'absence de décision.

Sarkozy a décidément bien du fil à retordre avec  ses choix et symboles  d'une campagne...qui prend l'eau ?

                                                                                              Sylvie Neidinger

Tags : Sarkozy, Hollande, Capitaine de pédalo, Fukushima, Concordia, Concorde, yacht, Schettino, Mélenchon

crédit images copie d'écran web

rubrique politis blanc.png

Les commentaires sont fermés.