UA-65882359-1

23/12/2011

Les pendulaires frontaliers (2/2)

 Cette semaine, plusieurs  articles de la Tribune évoquent ce sujet récurrent. Le terme  de « pendulaire » appartient au vocabulaire général de l'Aménagement du territoire, de la Géographie péri-urbaine, que ce soit au Brésil ou en Chine.

Pendulaires: pendus en l'air ? Pendouillards ? Pendules à air ? Pendus à quoi exactement ?

L'expression (pas si heureuse !) trouve toutefois  une savoureuse actualité au bord du Léman et de son industrie...horlogère. Dans l'arc valdo-franco-genevois, elle  présente en plus,  la particularité  d'école de se décliner... à l'international.

Au 30 juin 2011, les seuls titulaires du permis G étaient au nombre de 246.252 (en excluant les binationaux et  frontaliers suisses. Sources : Office Fédéral de la Statistique.Soit pour eux seuls un demi -million de transhumances journalières (cf :60.510 actifs recensés à Genève,19.791 pour le  canton de Vaud, 33.569 à Bâle Ville etc.)

LE PENDULAIRE HUILE LES ROUAGES FRANCO-UISSE

Son destin quotidien-connu par avance-ne tient qu'à un fil: celui de la régularité.

Le saute-frontière craint comme la peste toute panne automobile. Inquiet : peut-il même le soir s'autoriser à  tarder un peu avec ses collègues  autour d'une bière en la bonne ville calviniste,  sans mettre à mal le système général ?

Ce passeur-bi  compte en nonante durant la journée et en quatre-vingt-dix la nuit. Il impose aux douaniers une gymnastique révolutionnaire à 360 ° laquelle engendre moult torticolis pour vérifier que le nombre des entrants correspond bien au nombre des sortants !

Le pendulaire est cette balle de ping-pong que deux états se renvoient  à heure précise  dans une mécanique irréprochable.

Certains partis politique helvètes nationalistes (donc....cantonistes) voudraient expulser cette  petite boule dans le décor au risque de dérégler la partie.

Mais aimantée, attirée, elle se replace automatiquement au centre de la table de jeu.

caricature.jpg caricature sur blog Sylvie Neidinger

Ce boomerang jamais disparu, est un être attendu au comportement prévu. Que d'enjeux invisibles mais réels autour de sa spécialisation professionnelle, sa couverture santé, ses revenus à investir en France voisine, les emprunts qu'il va contracter, ses enfants à scolariser etc.


Le petit pion vit en toute  inconscience de la mécanique sociale, politico- économique internationale qui se met en place autour de son ron-ron quotidien.

Son employeur suisse défend  son choix,  de l'employer lui et pas un autre,  à un poste précis.Le frontalier défend son choix  de travailler là où bon lui semble, quitte à traverser une frontière..

A coup sûr, ce journalier   n'accepterait pas en cette période de récession économique de devenir le bouc-émissaire de tous les mots et de tous les maux. De part... et d'autre.

Globule rouge le matin rendu globule blanc le soir vidé de son énergie, il participe aux fluides de la mécanique  comme variable d'ajustement.  Enjeu de taille pour le futur développement  des zones frontalières,  il est le tic et le tac du cœur économique franco -suisse et de Genève métropole.           

                                                         Sylvie Neidinger


Série n°2 #BlogNeidinger Les pendulaires frontaliers

2/2- Les pendulaires frontaliers

1/2-Caricature

 

 

Les commentaires sont fermés.