A-Grand Genève

  • Hommage ce mardi à "Staro" le célèbre critique littéraire, psychiatre genevois récemment disparu

    Imprimer

    Les étudiants littéraires francophones ont pratiquement tous rencontré les écrits du célèbre critique dans le cadre de leur formation !

    Martin Rueff, écrivain,  titulaire de la chaire XVIIIème à l'Université de Genève confirmait le 8 mars dernier dans Libération l'importance majeure de celui  affectueusement nommé "Staro": "Parce qu’il a maintenu tout au long de sa longue activité la triple exigence de relier l’intelligible et le sensible, d’attester du passage des œuvres et de les soumettre au jugement de sa compétence critique, attentif au passé parce qu’inquiet du présent et soucieux du futur, Jean Starobinski aura été le plus grand critique littéraire de langue française au XXe siècle".

    J'eus (ô privilège donné par Genève)  la magnifique occasion de  rencontrer pour la première fois  Jean Starobinsky au Palais Eynard en 2016.

    A ma question de savoir comment il put gérer des études médicales et littéraires en même temps, il répondit -modeste -que la médecine était moins scientifique qu'aujourd'hui.

    La MRL et la Société Jean-Jacques Rousseau organisent demain mardi 21 mai une projection de ses Grands entretiens (que l'on peut retrouver sur le site de la RTS) avec débat.

    #mrl,jean-jacques rousseau,genève,jean starobinsky

    L'intellectuel genevois -à qui pourtant Genève avait refusé la naturalisation !- nous a quittés il y a deux mois

     https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2019/03/06/jean-starobinski-historien-des-idees-est-mort_5432329_3382.html

    https://www.la-croix.com/Culture/Jean-Starobinski-pensee-mouvement-2019-03-07-1201007093

    https://www.franceculture.fr/emissions/lhumeur-du-matin-par-guillaume-erner/lhumeur-du-jour-par-guillaume-erner-du-jeudi-07-mars-2019

    https://www.tdg.ch/culture/culture/Jean-Starobinski-avait-le-genie-de-l-interpretation/story/16716503

    https://www.humanite.fr/disparition-jean-starobinski-un-bouquet-pour-les-lumieres-669024

    https://www.rts.ch/info/culture/livres/10268880-deces-du-critique-litteraire-et-du-psychiatre-genevois-jean-starobinski.html

     

    Biographie ( Isabelle Rüf RTS citation  ) : "Avec Jean Starobinski, c’est tout un pan de la critique littéraire au XXe siècle qui disparaît, l’école de Genève, celle qu’ont fondée Marcel Raymond, Albert Béguin, Georges Poulet.#mrl,jean-jacques rousseau,genève,jean starobinsky

    Il les citait comme ses maîtres à chaque occasion et tenait à inscrire son travail dans leur continuité. Staro, comme les Genevois l’appelaient amicalement, était aussi une figure familière bien connue qu’on voyait longtemps bouquiner au marché aux Puces de Plainpalais.

    Jean Starobinski est né dans cette ville, le 17 novembre 1920. Ses parents avaient quitté la Pologne où les lois antisémites leur interdisaient les études de médecine. Jean Starobinski a grandi dans un milieu cultivé, polyglotte, laïc, que fréquentaient musiciens et artistes. Il évoquait souvent avec bonheur la Maison des petits à Champel, basée sur les préceptes de "L’Emile", où l’on apprenait en chantant et en cultivant son carré de jardin.

    Un amoureux de Jean-Jacques Rousseau

    C’est peut-être là qu’est né son attachement pour Rousseau, conforté, au cours de ses études de lettres, par l’enseignement de Marcel Raymond. Il fera également des études de médecine, avec une spécialisation en psychiatrie, ce qui donnera à son approche des textes une dimension très large.

    Explorateur de la mélancolie

    Mais le critique a gardé une distance à son héros et s’est intéressé à tous les auteurs des Lumières, particulièrement Diderot. "L'Aufklärung reste le meilleur espoir de paix, de développement de l'homme qu'on puisse conserver. Il n’y a rien à larguer de cet héritage-là", dira-t-il encore.

    Sa double formation scientifique et littéraire lui permet d’explorer le vaste champ de la mélancolie, pathologie sur laquelle il a beaucoup écrit. "Action et réaction, les aventures d’un couple" (1999) doit aussi à son regard de médecin, bien qu’il n’ait jamais pratiqué la clinique.

    Hors des modes et référence mondiale

    A partir de 1958, Jean Starobinski est nommé à l’Université de Genève. Son cours devient un événement mondain, comme celui de Marcel Raymond auquel il succède. Son enseignement marque plusieurs générations. Le critique reste à l’écart de toutes les modes et querelles idéologiques – structuralisme, marxisme, sémiologie, psychanalyse – tout en s’y intéressant de près. Il préconise une approche patiente, historique, des textes et des manuscrits.

    En 1985, Jean Starobinski prend sa retraite, mais ce n’est que pour mieux se consacrer à ses travaux. Il est invité à donner des cours au Collège de France, à l’EPFZ, monte une exposition pour le Louvre, "Largesses". Il écrit sur l’art, sur l’opéra, sur la poésie. Il devient une référence mondiale, extrêmement sollicité, couvert de prix, invité à donner des conférences, des interviews, invitations auxquelles il cède au risque de s’éloigner de ses travaux en cours.

    Genève lui avait refusé sa naturalisation

    Jean Starobinski était d’une amabilité et d’une attention extrême, ouvert aux sollicitations. En 2005, il doit quitter l’appartement de la rue de Candolle, en face de l’Université, et réorganiser son immense bibliothèque, une épreuve pour ce savant déjà âgé. Ses archives sont confiées à la Bibliothèque Nationale à Berne.Mais Jean Starobinski garde toujours son attachement à Genève, qui lui a pourtant refusé la naturalisation, à lui et à sa famille, à la veille de la Deuxième Guerre mondiale. Il disait en riant que ce refus lui avait épargné le service militaire."

     Jean Starobinski a porté son regard neuf sur Jean-Jacques Rousseau, dépoussiérant ainsi l'image et les écrits de cet Autre citoyen de  Genève.

                                                                                                                       SN

     

     

  • France: jusqu'à.... 60% de hausse de taxe! Beaucoup dans le "grand-genevois"

    Imprimer

    Alors que Emmanuel Macron  avait annoncé la fin de la taxe d'habitation, certains voient arriver leur feuille d'impôt avec une augmentation de 60% sur certaines parts. Un choc pour beaucoup. Un tel décalage entre le réel et l'annoncé....

    60% : il s'agit de la part communale sur "résidence secondaire".

    Attention à ne pas se méprendre Il ne s'agit pas obligatoirement d'une taxe qui toucherait les propriétaires titulaires d'une seconde résidence ( encore que prendre les propriétaires pour vaches à lait est scandaleux)

    Dans la zone frontalière genevoise, le terme générique et fiscal de  "résidence secondaire" signifie le plus souvent un "lieu de vie proche du travail et locatif pour sa semaine de boulot".

    Lequel frontalier réside aussi... ailleurs. Un frontalier qui apporte sa manne à la commune !

    Plusieurs communes du-dit "Grand Genève "sont concernées : Saint-Julien -en-genevois, Gaillard, Saint-Cergues, Collonges-sous-Salève, Vétraz-Monthoux, Saint-Genis-Pouilly , Ferney-Voltaire.

    7 sur 19 pour le total français de communes ayant augmenté la taxe de 60 % Pourcentage grand-genevois énorme de commune ayant osé le 60 % !

    Mais aussi Paris, Mouans Sartoux, Saint-Nazaire, Guéthary, Bidart, Ustaritz, Marquette-lez-Lille, Saint-Prix, Fontenay-sous-bois, Bagnolet, Champigny-sur -marne, Montreuil sous bois.

    Une sur-taxe totalement avalisée par le gouvernement : lire ce rapport

    https://immobilier.lefigaro.fr/article/la-fin-de-la-taxe-d-habitation-devrait-couter-cher-aux-residences-secondaires_71d595fe-51d9-11e8-9833-ab16c06995ff/

    Les citoyens électeurs apprécieront. A l'échelon local et national.

     

                                                                                                 S N

    taxe.PNG

     

  • EN-jeu: une appli pour les ONG et agences

    Imprimer

    Marie-Hélène Pierret directrice et fondatrice indique pourquoi elle eut l'idée de ce nouvel outil numérique : histoire du projet En-jeu.

    La Fédération Genevoise de Coopération a principalement financé cette nouvelle application, qui  bénéficia de dons particuliers également.

    Voir les partenaires dont la Cité de la Solidarité Internationale  (Annemasse)

    Elle est destinée à tester la gouvernance des ONG et de toutes associations. Gouvernance finalement compliquée car elles dispatchées sur divers terrains, diverses équipes, divers niveaux de décision..

    Par ce biais elles peuvent s'auto-observer. Diagnostiquer les dysfonctionnements.

                                                              Sylvie Neidinger

     

    https://en-jeu.org

     

    en-jeu,"geneve,#annemasse,#ong

  • GTE en erreur: attention, les ancêtres des genevois sont aussi.. gaulois!!

    Imprimer

    Le Groupement Transfrontalier Européen fait parler de lui actuellement.

    A propos de Décathlon et du recrutement par l'association pour ses nouveaux magasins suisses. Affaire soulevée  par le Temps et TDG. Rétropédalage du GTE qui confirme ne pas être  une agence de placement.

    En allant visiter le site web, je soulève un autre lièvre en détectant une erreur factuelle  autour d'un article publié dans la rubrique #LaChroniqueDuFrontalier sur le journal Dauphiné Libéré à l'origine. Elle peut sembler banale et dérisoire. Elle ne l'est pas.

    https://www.frontalier.org/emploi-suisse/1122851/les-petits-genevois-vont-decouvrir-qu-ils-ont-des-ancetres-gaulois.htm

    Rédigé par Jean-François Besson, Secrétaire général du GTE, et publié sur le Dauphiné Libéré.

    Je ne me positionne pas ici sur le fond  de l'article à savoir  le thème  de la scolarisation des enfants suisses frontaliers vivant en France. Mais sur la forme.

    Laquelle forme révèle un arrière fond rédactionnel pour le moins problématique.

    gte,gaulois,#lachroniquedufrontalier,#blogneidingzer

                                                                                      ***

    Le titre et la conclusion sont erronés factuellement :

    Titre: "Les petits genevois vont découvrir [en France ndlr] qu'ils ont des ancêtres gaulois"

    Conclusion:"Si rien ne change, les petits Genevois, habitant en France, pourraient donc bien apprendre une nouvelle histoire commençant pas : nos ancêtres les Gaulois !"

    Le rédacteur n'est pas journaliste mais  Secrétaire Général du GTE. Il  intervient dans le journal DL au titre de spécialiste, titulaire d'une rubrique spécialisée.

    (Les médias accueillent de temps en temps des non-journalistes nommés alors  experts: autre débat sur l'évolution de la presse)

    Comment  le Dauphiné Libéré a-t-il laissé passer sans correction ce titre et cette conclusion ? Les journaux possèdent pourtant des services de relecture dits "secrétariats de rédactions"!

                                               IDENTITAIRE !

    Analyse :

    Ce titre est un jeu de mot "facile". L'humour et  le jeu de mot peuvent être de mise dans un titre, dans un article mais à la condition absolue de la  véracité.

    1) Ici la globalisation du titre  "les petits genevois" est exagérée. L'article évoque seulement  les enfants genevois  vivant....en France. Au final, ce n'est pas le même nombre;

    2) "Nos ancêtres les gaulois" est une antienne idéologiquement marquée issue des livres d'histoire  liés à la période coloniale. Il y a bien longtemps que coté France,  l'Education Nationale n'applique plus le terme global "d'ancêtres"  lié aux gaulois, au regard des populations  françaises ayant des origines extra territoriales.  Remettre en scène ici un avatar pédagogique lié à l'histoire coloniale, démodé, n'est pas une tournure heureuse.

    3) Les petits genevois venant habiter en France seraient supposés dans l'article venir en France et dès lors y  apprendre une histoire donnée comme différente et inconnue d'eux (!) à propos des gaulois supposés en plus  ne pas être leurs ancêtres. Généralisation exagérée. Les enfants apprennent par l'école et par d'autres voies, fort heureusement pour eux.

    4) Le rédacteur démontre une  méconnaissance de l'Histoire à imaginer que les  "gaulois" puissent être confondus avec les actuels "français"et en opposition aux suisses genevois  supposés ici non gaulois au point de facto que leur frontière s'arrête à... Annemasse/Ambilly ! C'est une vision autocentrée, ethno-centriste de l'Histoire.

     5) Jules César dans sa Guerre des Gaules:  « Ceux que nous nommons Gaulois dans notre langue, se nomment Celtes dans la leur. »

    6) Genève est un oppidum celte donc gaulois.

    7) L'article démontre ici une lacune culturelle du rédacteur.  La Suisse est bien gauloise. La civilisation celte, gauloise  est même brillamment représentée  par la Tène (Neuchâtel)  qui a marqué l'Histoire au point de représenter scientifiquement la période dite laténienne. 

    8) Les helvètes entre autres peuples celtes sont bien des gaulois.

    9)Le rédacteur ni journaliste ni historien représente toutefois la direction du  Groupement. Il a communiqué par un article sur une actualité politique franco-suisse en évoquant probablement l'Histoire de façon erronée. Certes, sans le faire avec mauvaise intention, on le conçoit.

    10) De la pire façon. Mettre en scène  maladroitement ainsi le passé, avec globalisation, voire  erreur, de surcroît autour de la notion de frontière (coeur de cible de l'association... frontalière) est très proche du mécanisme des discours populistes nauséabonds  entendus au bord du lac.

    Ceux justement  que le GTE combat avec virulence !

    11) On est dès lors proche d'un discours identitaire.

    12) Le contenu de l'article du GTE n'est pas neutre contrairement à ce qui est écrit. Il cite  un homme... politique, le maire de St Ju, Antoine Vielliard. Lequel  aujourd'hui prend la défense des frontaliers mais après avoir sur sa commune cherché impérativement à les recenser spécifiquement et parlant d'eux en termes peu flatteurs.. .

    Lequel avait aussi commis en 2014 un discours sur l'identité genevoise, là aussi, sur un média, la RTS, que ce #blogneidinger avait repéré. L'homme politique recherchait alors  des "genevois pur sucre" dans un questionnement généalogique improbable.

    Conclusion...

    Ce n'était certes pas l'intention du GTE (association fort utile qui aide,  informe sur les complexités transfrontalières, qui agit en défense du droit des frontaliers) que d'entrer dans ces méandres identitaires.

     Attention à la légèreté du propos écrit, à l'amateurisme. L'expression publique de cette association représente les dizaines de milliers d'adhérents. 

    On a l'envie de dire autour de cette affaire : à chacun son métier. On ne s'improvise pas journaliste.  La déontologie de cette profession réclame normalement de vérifier toutes les infos, de ne pas titrer ou conclure en exagération même si le bon jeu de mots fait aussi partie de la bonne écriture.

    Toute Communication dans les médias et réseaux sociaux, ces caisses de résonance modernes  réclame maîtrise et professionnalisme.

    Il est juste dangereux de convoquer l'Histoire dans l'écriture sans avoir absolument tout vérifié.

    De grâce, éviter  l'invocation de  l'Histoire,  des gaulois  et autres arguments, en illustration de   la -suffisamment- difficile problématique transfrontalière genevoise... contemporaine !

     

     

                                                                                  Sylvie Neidinger

     

    neuchâtel,la tène,celtes,jules césar,annemasse,ambilly,groupement transfrontalier européen,#blogneidinger,#ledauphinélibéré,le dauphiné libéré,#dl,gte,gaulois,#lachroniquedufrontalier,#blogneidingzer

     Arte présente  actuellement trois documentaires fort intéressants sur les Celtes/Gaulois dont la Gaule suisse:  la Tène. https://www.arte.tv/fr/videos/058362-002-A/les-celtes-2-3/

     

     

     

    Rubriques Journalisme, Genève Histoire , Saute-Frontière

  • Dérive RH sur Genève: question de Röstigraben ou...autres explications?

    Imprimer

    Les cas cités dans la série intitulée Ma petite boîte genevoise RH 2.0" soulignent des situations hors normes : le chef qui vient au travail avec son chien lequel mord les pantalons d'employés, lesquels sont priés d'en rire... par exemple.

    Elles ont toutefois  la particularité d'être toutes issues d'entreprises ayant leur siège social outre Sarine. Hasard ou particularisme local?

    C'est connu, la Suisse de langue allemande domine l'économie du pays et notamment celle de la Suisse romande. De facto les services RH sont éloignés, laissant les acteurs en poste à Genève en grande autonomie. Quelquefois trop grande...

    Dans une vision dialectique,  la situation peut être ...positive, par  la confiance accordée aux acteurs de terrain.

    Mais lorsqu'un piranha est installé dans le bocal genevois comme chef de service, cette autonomie peut virer au carnage.

    Les articles du #blogneidinger évoquent des actions totalement surréalistes: sobriquets,  chef -lui même plus qu'exigeant - qui  exerce .... un second job en douce sur son lieu de travail, mépris affiché au niveau des identités (le chef de service qui dit ouvertement et sans frein, sur le lieu de  travail ne pas aimer ni les vaudois, ni les français, ni d'autres.. Il s'aime beaucoup lui-même c'est certain.)

                              COMME EN ZONE DE NON DROIT

    Des situations inhabituelles clairement  classées en zone de "non droit". Qui mettent à mal tout  consensus sur un lieu de travail.

    Serait-ce l'effet d'un"Röstigraben des ressources humaines", cette frontière culturelle qui pourrait se définir ainsi vu de Zürich ou Bâle ?

    Genre: " finalement, on ne vous comprend pas toujours en suisse romande. On nomme justement un chef de service qui parle allemand pour servir d'interface. Alors ne nous embêtez surtout pas avec vos petites histoires locales."

     Dans les cas cités, les salariés délaissés ont effectivement obtenu peu de soutien lorsqu'ils ont (tout de même...) alerté les RH du Groupe basées en zone germanophone.

    Bien au contraire ceux qui eurent  le courage d'alerter n'en ont pas été récompensés car stigmatisés plus encore. C'est bien connu. Dans l'antiquité on tuait celui qui annonçait la mauvaise nouvelle....

    Idem aujourd'hui, malheur à celui qui casse le merveilleux consensus suisse en rapportant des faits pas très audibles.

                                   AMBIANCE GENERALE DELETERE

    Genève est elle la seule impactée ? Que penser ?

    Une autre analyse doit ici  se plaquer. Celle d'une ambiance actuelle totalement délétère en général dans le pays, déboussolé.

    Les insultes fusent très facilement dans le débat public. 

    Alors la protection des salariés dans ce contexte n'est qu'un élément d'une situation générale de dégradation des diverses prises de parole.

    Les vannes semblent lâchées.

    Concernant les seuls frontaliers, le GTE groupement qui les soutient juridiquement  informe que rarement la situation n'a été si tendue depuis  50 ans.

    Toutefois le populisme en arrière fond ne concerne pas uniquement cette catégorie particulière transfrontière  particulièrement visée  au tableau de chasse genevois.

    Les vannes semblent lâchées, en vrai

    Et cela dépasse largement la frontière imaginaire du Röstigraben...

     

                                                                    Sylvie Neidinger

     

    (Blog Série n°15)

    Ma petite boîte genevoise RH 2.0"

    Dérive RH sur Genève: question de Röstigraben ou...autres explications?

    Le chef de service, son fils et les mots doux

    Quand le chef de service exerce en cachette un second job

    Quand le chien du chef mord les pantalons d'employés

    Suisse à l'heure des RH de Grand-mère Eugénie

    LES RH suisses, le licenciement "guillotine" et l’entreprise… «guillotineuse»

                                 RUBRIQUE RH

     

  • Les orthophotos infrarouges sur le site SITG pour mieux voir la nature

    Imprimer

     Le SITG (Service de géomatique et de l'organisation de l'information  SGOI) de l'Etat de Genève met à disposition la technologie des orthophotos infrarouges sur son site.

    Le service cartographique  continue sa diffusion pédagogique et à la pointe de la technologie de ses données cartographiques.

    "Contrairement à une photo classique, l'imagerie proche infrarouge permet une distinction et une interprétation plus précise de la végétation. Elle permet en effet de différencier les feuillus des résineux, voire de différencier les espèces entre elles. Elle permet également d’évaluer le degré d’activité chlorophyllienne des plantes et offre une meilleure perception de l’humidité des sols.

    L’image infrarouge couleur (IRC) est ainsi une information précieuse pour l’étude de la végétation et des sols. C'est donc un produit technique très apprécié dans les milieux de la foret, de la nature ou de l'agriculture.'(source STIG)

     

    Par ailleurs il signale accueillir comme adhérent le pôle métropolitain du Genevois français.

    Une intégration transfrontalière supplémentaire.

    Partie française du Grand Genève, le Genevois français est un territoire qui compte plus de 400’000 habitants. Il est composé de huit structures intercommunales : Annemasse Agglo, Thonon Agglomération, Arve et Salève, Faucigny-Glières, Genevois, Pays Bellegardien, Pays de Gex et le Pays Rochois.

    "Le Pôle métropolitain (anciennement ARC) est un établissement public constitué des établissements de coopération intercommunale, en vue d’actions d’intérêt métropolitain, afin de promouvoir un modèle d’aménagement, de développement durable et de solidarité territoriale. L’objectif du pôle métropolitain : coordonner et initier les actions des membres et répondre aux problématiques du territoire, tout en étant un interlocuteur privilégié auprès de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et du Canton de Genève.

    Le pôle métropolitain représente les collectivités locales françaises partenaires du Grand Genève. A ce titre, il participe aux politiques transfrontalières en matière d’aménagement du territoire, de mobilité et d’environnement, ce qui nécessite une connaissance approfondie des dynamiques territoriales, notamment grâce aux géodonnées. La collaboration et la contribution du pôle métropolitain dans le SITG s’établissent donc naturellement et son adhésion matérialise la coopération déjà éprouvée avec succès autour de GéoAgglo et du projet Géofab du Grand Genève notamment."(source site SITG)

                                                                                                  SN

     

    genève,sitg; sgoi; orthophoto infrarouge, pole metropolitain du genevois français, cartographie,#blogneidinger

  • Urbanisme à St-Julien: les conteneurs poubelles enterrés...pile dans l'entrée des immeubles !

    Imprimer

    C'est une scène insolite, vue nulle part ailleurs. urbanisme,saint-julien-en genevois,frontière,conteneur poubelles enterrés,entrée d' immeuble

    A Saint-Julien-en genevois, proche de l'Aire et de la frontière (Certoux) a poussé un immeuble neuf proche de l'hôpital.

    Beaux apparts, attiques, dans un environnement calme.

    Un détail intrigue toutefois: l'emplacement totalement hors norme et inadapté des conteneurs poubelles.

    Ils sont enterrés...dans l'entrée. Exactement devant le portail d'entrée ....!!!!!?????

    Comment les services urbanistiques ont-ils validé ou imposé une telle situation parfaitement anormale. Pour la vue, pour l'odeur aussi (en été si la collecte tarde....)

    urbanisme,saint-julien-en genevois,frontière,conteneur poubelles enterrés,entrée d' immeubleLe conteneur en sous-sol -joliment nommé terrier en Suisse-reste  un outil intéressant et une avancée par rapport aux anciens conteneurs externes.

    Sauf que  les "enterrés" sont généralement  placés proche des immeubles, mais  loin des entrées...

    Rappel les conteneurs enterrés multi-fonctions avec tri  sont globalement une bonne réponse, contemporaine à une collecte de masse (immeuble) des déchets ménagers et des emballages.    Attention ils ne collectent pas le verre ( trop lourd) 

    Toutefois ils peuvent générer des odeurs (en cas de collecte défaillante et surtout en été ) des comportement inciviques (dépôts d'objets de rebus dans la zone) 

    Surtout, ils n'ont en tous cas rien à faire dans une zone de passage privilégiée, le portail !

    Alors que s'est-il passé dans la tête de certains responsables privés  et publics pour valider le projet et  les avoir collés dans une entrée d'immeuble nouvellement construit. Bizarre. 

                                                                                                 Sylvie Neidinger

                           

    Sur le thème fort concret des ...poubelles, un article du blog daté de 2013 sur  les bizarres conteneurs de tri du verre supports de pub de Genève:

     http://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/archive/2013/05/10/affichage-sur-conteneurs-dechets-curiosite-genevoise.html   

                                                  urbanisme,saint-julien-en genevois,frontière,conteneur poubelles enterrés,entrée d' immeuble,ordures,poubelles

  • Rouge&Noir, le cinéma d'Art et Essai de St-Ju fête en grand ses dix ans

    Imprimer

    A trois pas de la frontière, la mono salle de cinéma Rouge et Noir fête sa décennie d'une programmation culturelle intéressante dans cette sorte ...."d'anti-complexe cinématographique".IMG_7358.JPG

    IMG_7348.JPGLes séances de Saint-Julien ont failli cesser définitivement à  plusieurs reprises.

    C'est sans compter sur l'association de passionnés au dévouement sans faille qui gère le projet.

    Ils étaient tous là pour le raout d'anniversaire, avec discours, musique, salé et sucré dont un énorme gâteau, ce mercredi 27 septembre 2017.

    Avec les spectateurs assidus, fidèles pour qui et sans qui ce mode "d'aller au cinoche" suranné n'existerait plus localement...

    http://www.cine-rouge-et-noir.fr/web-cms/index.php/evenements

                                                                                Sylvie Neidinger

    IMG_7352.JPG

  • SNCF pas de 1ères mais des billets 1ères vendus !

    Imprimer

    Conversation surréaliste entendue samedi en gare de St Julien...

    Un jeune couple suisse (arrivé en moto)  au guichet.

    "J'ai acheté des billets en  première classe mais ...il n'y avait pas de wagon  de première classe dans le train qu'on a pris. J'ai demandé à Genève. Ils m'ont dit de venir sur France pour traiter le remboursement ".

    Je n'ai pas bien entendu son trajet mais c'est probablement du TER  Valence Genève.( la ville possède un quai TER qui l'inclue dans le réseau Rhône-Alpes)

    Et l'employée de lui demander si il a bien fait inscrire par le contrôleur  l'incident sur le billet.

    Le jeune homme de répondre " aucun contrôleur n'est passé lors de ce voyage."

    Bon il fallait alors probablement qu'il alpague un homme ou une femme à képi sur un quai d'arrivée.

    ouf ... encore fallait-il le savoir et connaître ce genre de procédure.

    Avec la SNCF, tout est possible. Le client doit donc aussi  ....deviner.

    Je crois qu'il aurait pu écrire au service client national (sans garantie de succès de toutes façons) mais l'employée n'a pas une seconde songé à le lui signaler.

    Le jeune suisse est de toutes façons reparti... énervé, illico presto.

    Bon. En résumé tout serait  de sa faute...à lui.

    Pas à la SNCF !  Bizarre tout de même.

     

                                                                     Sylvie Neidinger

     

                                                                     

  • L'HEBDO, encore un magazine papier qui disparait

    Imprimer

    La presse écrite s'efface (presse du verbe "presser"... une feuille papier avec un peu d'encre)

    Dernier en date: le magazine romand l'Hebdo. Et sa trentaine de collaborateurs avec...

    Ils ne se recaseront pas ou difficilement dans la presse, car justement elle disparait par ailleurs.

    Effacement progressif  du métier de journaliste, celui qui a pour norme de vérifier une info par des sources différentes.

    De nombreuses réactions  évoquent "un coup dur pour la pluralité":

    http://www.swissinfo.ch/fre/l-hebdo-cesse-de-para%C3%AEtre/42889714

    http://www.swissinfo.ch/democratiedirecte/apr%C3%A8s-la-mort-de-l-hebdo_-les-m%C3%A9dias-d-information-sont-l-%C3%A9lixir-de-vie-de-la-d%C3%A9mocratie-/42897250?&ns_mchannel=rss&srg_evsource=gn

     

    http://www.laliberte.ch/news/suisse/un-coup-dur-pour-l-equipe-de-l-hebdo-et-pour-le-journalisme-377796#.WImpH7l9MdU

    Témoignages attristés :

    ici listing des journaux suisses disparus: http://blogres.blog.tdg.ch/archive/2017/01/26/mort-de-l-hebdo-colere-et-mepris-281636.html

    http://www.hebdo.ch/les-blogs/dessemontet-pierre-la-suisse-%C3%A0-10-millions-dhabitants/lhebdo-meurt-et-avec-lui-une-partie

    A l'heure où le président US tape sur la presse tradi pourtant l'un des piliers de la démocratie (si elle peut s'exprimer) et  à l'heure où beaucoup se remettent à lire 1984 (Georges Orwell) il est effectivement pénible de voir un média suisse s'évaporer ainsi.

              INTROSPECTION SUR NOTRE PROPRE SOUTIEN A LA PRESSE PAPIER

    Nous ne pouvons échapper à une une introspection sur notre "consommation d'info".

    A titre personnel, j'achète de moins en moins d'info papier (certes de nombreux livres en revanche) alors que le journalisme est mon métier.

    Quelque part là est l'explication.

    Ce 'non acte' d'achat multiplié par le nombre pénalise la presse papier et valorise d'autres modes d'info.

    Beaucoup vont lire leurs infos sur google (oui) et  facebook (pas moi) 

    Avec ce dernier, ils entrent de fait dans  un autre monde car l'algorithme de Marc Zuckerberg n'est pas de type informationnel mais de type marketing.

    Vous y êtes identifié en fonction des navigations précédentes et rangé dans des cases  de profils (homme/femme, âge , réseau d'amis facebook etc..)

    Le logiciel vous délivrera alors une info sur des thèmes pré-déterminés que vous êtes supposé vouloir lire et non sur l'actualité véritable.

    C'est donc la fin annoncée de l'information ouverte, par définition plus démocratique et ouverte l'ère des données marketing, de com'.

     

                                                                                Sylvie Neidinger

     

                                             

  • Pétition pour sauver le paysage typique du Salève de La Chartreuse de Pomier

    Imprimer

    La responsable de la page facebook de l'association Mémoire et Patrimoine de Saint-Julien alerte sur un dommage programmé contre le ...Salève.

    Ici, La pétition pro SALEVE:

    "Au pied du Salève, entre Archamps et le Mont-Sion, un exceptionnel paysage créé à partir de 1170 par les Chartreux de Pomier nous est parvenu intact. Poussés par les nécessités de la vie, exploitant les techniques de leur temps, des hommes ont déboisé, planté, fait de l’élevage, créé des cheminements... En 1565, dans son célèbre tableau « L’été » ou « La moisson », Pierre BREUGHEL en avait déjà célébré la beauté.

    Ce musée vivant de la relation de l’homme à la nature est aujourd’hui menacé par des promoteurs voulant transformer la ferme de la chartreuse, dite Quory ou Correrie, en 12 appartements avec 33 parkings ! Il avait été classé en zone de protection du patrimoine architectutal et urbain par le Préfet de la Région le 22 septembre 1986 et aurait dû normalement être transféré en AVAP (Aire de Valorisation de l’Architecture et du Patrimoine) ! Les vivants d’aujourd’hui peuvent-ils s’arroger le droit insensé de dénaturer un patrimoine de mille ans ?

    LA CULTURE NE DOIT PAS ÊTRE ABANDONNÉE AUX RÈGLES DU MARCHÉ. NOUS NOUS OPPOSONS À CETTE BRÈCHE IRRÉPARABLE DANS CE PATRIMOINE DU GENEVOIS."

                                     ****

     

    Un paysage protégé en 1985 est en danger en 2016.

    Je voudrais dire ici combien au delà du paysage cette zone est patrimoniale pour toute l'aire genevoise.

    La Chartreuse Notre Dame de Pomier appartient  à un passé historique identifié car fondée en 1170 grâce à une donation de Guillaume 1er Comte de Genève et de Vaud.

    Mais quid du patrimoine non identifié, proto-historique, antérieur de la dite zone. Proche du sommet nommé Sion, avec des toponymes significatifs "kern", Mikerne exactement.

    Un lieu chrétien qui s'installe pile près du "kern" (cairn....) comme une classique superposition chrétienne sur des zones dite "paiennes".

    Pile dans la descente du Mont Sion, vers la pente, Pomier, premier lieu qui visualise le lac.

    Une vue superbe sur Genève.

    L'INRAP devrait y mettre son grain de sel.

     

    En tous cas signer cette pétition semble le minimum.

    On se souvient de l'abri sous roche de Veyrier (Etrembières), préhistorique,  scandaleusement concassé, disparu, envolé par l'inculture.

                                                             Sylvie Neidinger

                                    

     

     

     

     

     

     

    mémoire et patrimoine de saint-julien -en-genevois,association,salève,chartreuse du pomier

  • Expo sur l'histoire des frontières genevoises

    Imprimer

     A signaler une expo prochaine à Ville-la-grand sur  l'histoire des frontières Genève-France qui est une donnée fluctuante dans le temps, évolutive, donc susceptible d'études historiques.

    Ce blog avait été ouvert un 22 juin 2011 suite justement à un questionnement sur cette frontière précisément avec  une note intitulée...

    histoire de loa frontière.GIF

    Le vieux couple franco-suisse.

    "Au fait: qu'est ce qu'une frontière sinon un insurmontable problème philosophique ?

    Cette ligne invisible relie aussi ce qu'elle sépare. Sépare ce qu'elle unit.

    Oui, le no man's land imaginaire supposé frontal rassemble  côte à côte, ce qu'il différencie dans un rapport de proximité immédiate.

    La meilleure option métaphysique serait de considérer les espaces franco-suisses issus de la coupure axiale comme ....un vieux couple sage.

    Deux individualités qui par leur communauté de vie forment une entité juridique supérieure "pour le meilleur et pour le pire" suivant les termes du contrat conjugal privé.

    Les enfants sont élevés, les disputes pimentent un peu la vie: place au mariage de raison devenu sérénité mature.

    D'ailleurs le vocabulaire témoigne de la connivence de fait: Genève (Suisse) pays... genevois (France) devenu  en 2012 Grand Genève.

    Le lac sans le Salève serait comme un soleil sans chaleur.

    Depuis des centaines d'années, la complémentarité territoriale et....mentale régit les inter-relations, au delà des bisbilles de forme.

    De facto. Cette réalité là, personne ni aucun Parti politique ne peut la contester"

                               UNE HISTOIRE DE.... PALPITATION DU COEUR

    Depuis cette date, les contradictions  franco-suisses ou suisso-françaises se poursuivent.

    La relation politique semble s'être tendue avec les préférences d'emploi, un raidissement certain.

    Mais  dans le même temps, le Ceva va permettent encore plus la circulation des personnes et le logement des Suisses en France !

    Cette prochaine expo-  dont l'association historique La Salévienne  a mis son grain de sel- sera certainement fort instructive sur cette ...palpitation cardiaque de flux de populations.

    Flux qui s'ouvre et se ferme puis s'ouvre puis se ferme...

    C'est l' histoire de coeur, systolique et diastolique d'un vieux vieux couple type "je t'aime moi non plus"!

     

                                                                                       Sylvie Neidinger

    Cette thématique m'avait intéressée au point que pour la première fois j'ai osé produire une caricature maison  et commencer quelques caricatures naïves et maladroitement dessinées mais qui ont le mérite... d'exister avec cette histoire de frontière ...#caricaturesneidinger.

                                                             Les pendulaires

     

    lceva,a salévienne,geneve,couple franco-suisse,frontière cantonale,grand geneve


  • Transmettre et revivifier les traditions avec la ...5ème Suisse!

    Imprimer

    Des siècles durant, de nombreux Suisses ont quitté le pays pour s’installer ailleurs, très  loin parfois....tel le Club de Rosario, adresse: Rio Parana, Argentine centre.

    Depuis le XIXème siècle, ils emportent  dans leur tête sinon dans leur bagages une partie de leur culture qu’ils ont adaptée à celle de leur pays d’accueil, produisant ainsi une  Histoire suisse de l’étranger. 

     C’est donc naturellement que les Clubs se réunissent à Genève en cette période de Fête Nationale les 1, 2 et 3 août.club.PNG

    Ce, juste  avant le Congrès de lOrganisation des Suisses de l’Étranger à Berne les  5 , 6 et  7 août prochain.

    Où se réunissent-ils ?

    A Penthes évidemment.

    « Le domaine abrite depuis 40 ans la Fondation pour l’Histoire des Suisses dans le Monde, son Musée et son centre de recherche. Il s’agit donc de la vitrine  culturelle des Suisses de l’étranger sur le sol helvétique » affirme son directeur Anselme Zurfluh. 

     L’ouverture officielle de la 2ème Rencontre internationale des Clubs suisses , sous le patronnage de l’Unesco eut lieu hier.

    En présence de Madame Christina Meissner, première vice-présidente du Grand Conseil de Genève et de Monsieur Hubert Schneebeli, vice-président de la Fondation pour l’Histoire des Suisses dans le Monde

        RENCONTRES AUTOUR DE L'ACTUALITE DE LA TRADITION

    Les Clubs de cette …5ème Suisse réunis au bord du Léman réfléchissent ces deux jours durant à la transmission des traditions helvètes.

    Comment les faire perdurer dans le monde toujours plus mondialisé et moderne?

     Les intervenants furent tout à la fois  des historiens mais aussi des spécialistes de la communication culturelle pour présenter les derniers outils  capables de rendre la tradition compatible aux jeunes générations :

     Pierre-Alain Avoyer, fondateur de Ines Enterprises FZE, Dubaï, Émirats Arabes Unis

    Daniel Bernard, président de la Société des Amis de Penthes

    Constantin Kokkinos, président du Club suisse d’Athènes, Grèce

    Guillermo Páez, président du club suisse de Rosario, Argentine

    Isabelle Raboud-Schüle, directrice du Musée Gruérien et membre de la Commission suisse pour l’UNESCO

    Jean-Loup Tétard, représentant de IPAC DESIGN GENÈVE

    François Walter, professeur honoraire d’histoire suisse à l’université de Genève

    Davide Wüthrich, président du Parlement des jeunes Suisses de l’étranger

    Anselm Zurfluh, directeur du Musée et de l’Institut des Suisses dans le Monde.

    Visionnage du film La Suisse au Coeur des Alpes de Pierre Dubois...

                                    CHEZ MONSIEUR GALLATIN...

    Ce soir : cocktail de gala à Gallatin (ce célèbre Suisse d’Amérique) en présence de ose,suisses du monde,genève,berne,suisse,traditionleurs excellences Suzan LeVine, ambassadeur des États-Unis d’Amérique, d'AntonioTrombetta, ambassadeur d’Argentine, de Federico Somaruga, directeur de Suisse Tourisme, et de Jim Scherrer, président de la Bundesbrief Society, Philadelphie.

    CONTRER L'OUBLI

     Nombreux sont malheureusement ceux qui savent avoir des ancêtres suisses mais dont la tradition familiale n'a pas maintenu le lien vivant.

    Pire.

    Certains -j'en connais- découvrent par la généalogie leur suissitude pourtant récente. Pour mon exemple, quatre générations seulement, c'est peu et malgré tout leur arrière grand-mère helvète oubliée à la moulinette de ce que les sagas familiales conservent ou non...

    La cinquième suisse concerne précisément ceux qui ont gardé la nationalité, peuvent voter tout en vivant à l'étranger.

    Avec ces organisations structurées et réunies cet été dans la "mère patrie", les expat’ devenus Suisses d’ailleurs (vu d’ici) ou  originaires de Suisse (vu de là bas) comprennent les enjeux  majeurs  de  conserver leurs racines helvètes.

    Pour ses intérêts économiques, touristiques etc. la Suisse gagne à entretenir, irriguer, garder vivante cette partie d’elle-même, ce sang qui vit …loin de ses yeux.

    La suite...à Berne ce vendredi où l'Organisation des Suisses de l'Etranger va fêter son centenaire.

    100 ans: un bel arbre debout.

     

                                                       Sylvie Neidinger

     

    swissinfo.ch/5e-suisse_les-clubs-suisses-du-monde-attachéq-au-mythe-fondateur/

     

    Crédit image capture dossier de presse penthes

  • L’artiste Brigitte Tessier fait CIRCULER son anneau au CERN-CMS

    Imprimer

     La collision entre l’Art et la Science que l’artiste franco-québecoise a provoquée  cette semaine- 24 juin 2015-  en installant son œuvre picturale à Cessy est du pur bonheur, visuel, intellectuel, esthétique.cern,cms,brigitte tessier,cessy,genève,genèse,hugues brun,jean fay

    cern,cms,brigitte tessier,hugues brun,jean fay « CIRCULEZ » ...son œuvre conceptuelle est superbement placée sur le « bouchon » de Cessy, cette plate forme mobile du Cern-CMS qui, lorsqu’elle s’ouvre mène aux entrailles pour atteindre le fameux anneau de recherche, le LHC, Large Hadron Collider.

    Pile à la verticale, en sandwich,  entre le véritable détecteur CMS profond, le Compact Muon Solenoid, cette immense prouesse techno-scientifique  et sa représentation vitrail accrochée en hauteur, à échelle réelle dans ce grand bâtiment  cathédrale.

    cern,cms,brigitte tessier,hugues brun,jean fay Cette installation picturale est le fruit d’une collaboration dans le cadre d’ art@CMS initiée il y a un an.

            UNE IMPULSION NATURELLE DE.... 27 METRES

    Brigitte Tessier, en visitant ces lieux avec des scientifiques amis (dont le chercheur Jean Fay) avait senti une impulsion naturelle.

    Comme une évidence.

    Un élan, une force, des choses à dire, un projet à mener.

    Son idée artistique acceptée, elle y travaille depuis, en relation avec un scientifique-parrain, le  physicien nucléaire Hugues Brun  en dialogue fructueux.

     Elle a conceptualisé son projet avant de le réaliser dans  une logique imparable.

    L’anneau fait 27 km. Son cercle à elle: 27 mètres.

     Un bon chiffre. Concrètement divisé par trois cela fait 9 mètre: pile, la taille de sa pièce de travail. Pratique. Une tv avait filmé Brigitte en action créatrice, chez elle.

    Personne semble-t-il n’imagine la quantité de problèmes matériels inédits qu’elle a dû résoudre.

    A commencer par la recherche d'un tissu de cette taille et d'une pièce.

    Elle a trouvé: de la toile de yourte, magnifique symbole s’il en est d’une humanité circulaire!! Mais nécessitant juste...quatre heures pour  replier l'ouvrage le vendredi soir afin de  laisser sa famille passer un week-end...normal.

    C’est son anneau à elle, son moyen technique.

    L’Histoire peut alors commencer, son récit, sa tapisserie de Bayeux... de Genève version infra nucléaire.. Ou comme on veut, son rouleau japonais emaki en mode physique des particules.

                             AU COMMENCEMENT ETAIT ...LA MAIN !

    "Que la lumière soit et la lumière fut. Que le sec paraisse et cela fut ainsi".

    La boule d'énergie nommée  Brigitte Tessier se la joue genèse: "j'ai souhaité dérouler cette histoire" affirmait-elle ce mercredi 24 juin...cern,cms,brigitte tessier,cessy,genève,genèse,hugues brun,jean fay

    cern,cms,brigitte tessier,cessy,genève,genèse,hugues brun,jean fayAu final une collision visuelle réussie  entre la longue histoire humaine et celle, fort récente de la recherche nucléaire voire infra-nucléaire dont celle du Cern et Cms.

    Cela commence par une grotte,  comme métaphore-image de l'anneau souterrain qui s'agite  précisément sous l'oeuvre. Soit, sous les pieds des visiteurs.

    Les scientifiques "maison" ont imprimé collectivement leurs paumes sur la toile de l'artiste. La référence est anthropologique "la cueva de los manos" (Santa Cruz, Argentine)

    Ode à la MAIN, cet outil  majeur qui  permit à l'homme par son pouce opposé devenu pince de prendre  progressivement possession du monde rapidement, en quelques millénaires.

    Humain supra prédateur qui aujourd'hui, bien loin du pouce originel tend à  repousser l'infiniment petit et l'infiniment grand, à  larges brassées.
    cern,cms,brigitte tessier,hugues brun,jean fay

    Une main dont les doigts peuvent s'accrocher aux doigts d'une autre main comme l'atome s'unit à son alter ego et forme des chaînes.

    La dite paluche pouvant former des cercles humains,  d'amis,  de réflexions, de tout...

    La référence  retenue ici: les danseurs de Matisse.

    Cercles heureux, cercles endiablés. Qui peuvent mener au meilleur comme au pire: guerres et conflits.

    L'artiste n'oublie rien, ni les sombres collisions issues de son trait  long de neuf mètres.

    cern,cms,brigitte tessier,cessy,genève,genèse,hugues brun,jean fayLa plasticienne termine  son Histoire circulaire par un centaure mythologique et sa flûte de pan, qui affronte une sorte de magma cosmique, de tempête sidérale, de noire colère des dieux, de poussières d'étoiles, d'infra-nano particules électrisées.

    De matière supposée informe et pourtant si structurée mais dont la logique n'est pas encore accessible à l'entendement.

    De ce que chacun veut bien y voir, en fait.

     

              LE MIXE ARTISTICO-SCIENTIFIQUE

    Ma visite en ce 24 juin fut royale puisque en connexion  avec un trio fort énergique et énergisant: Brigitte Tessier l'artiste, son  parrain, Hugues Brun et Jean Fay qui me  firent visiter en partie les entrailles du site industriel.

    De cette heureuse quadri-collision toute en étincelles, j'en conçois- naïvement peut être- mes propres observations.

    Et cela passe par des mot clefs: cercle, collectif, vide, lumière  faisceau...

    1- Le format circulaire prime: les planètes  tournent à grande vitesse  en usant leur surface, le temps d'une journée qui chaque matin repasse de 1 à 24 h est cyclique voire cylindrique, l'oeuvre de Brigitte Tessier tourne...cern,cms,brigitte tessier,cessy,genève,genèse,hugues brun,jean fay

    2-La vitesse prime

    3-La terre tourne à folle vitesse  mais le plancher des vaches semble bien stable et rassurant par son immobilité. De facto la sensation de l'univers par l'homme est partielle. Seule son imagination scientifique et ses expérimentations de physique des particules mènent  à envisager d'autres systèmes si différents. Ceux justement que la plus  débridée  des imaginations n'est pas capable d'appréhender...."Et pourtant, elle tourne!"

    cern,cms,brigitte tessier,cessy,genève,genèse,hugues brun,jean fay4-Ne peut-on pas quitter notre mode de penser habituel statique qui considère le vide comme un contenant et les particules un contenu ? Et imaginer à l'inverse que c'est l'existence même des particules minimales qui par leur dynamique, créé...le vaste vide ?

    5-Les physiciens me font part d'un résultat étonnant du LHC On le met en route et le nombre de collisions est restreint: de l'ordre de la vingtaine  sur des milliers de particules. Etonnant ! On reste sans voix: comme ils sont bien organisés ces petits bosons, muons : à supra vitesse, dans un faisceau, ils "savent"  s'éviter joyeusement !

    "Savoir" ici est un verbe à ...approfondir.

    6-"Le hasard, c'est Dieu qui se promène incognito"(Albert Einstein 1879-1955) Encore faut-il réussir à définir cette drôle de particule D qui semble à la fois  exister et ne pas exister !

    7-Tout est circulaire. Rien ne se perd, rien ne se créé. Cela tourne, cela revient au point de départ. Mais est-ce le même point de départ ? Tout est position dans l'espace-temps.

    8-Il n'y a pas de temps linéaire, n'est ce pas ? C’est le mouvement qui créé le temps, non?
    cern,cms,brigitte tessier,cessy,genève,genèse,hugues brun,jean fay

    9- La force du collectif est un effet levier. Tel Atlas qui porte le monde sur son dos, cette force  de la démultiplication par le collectif est compliquée à mesurer. Au Cern- CMS une publication est signée par 400 chercheurs. 1+1 ne fait pas deux mais bien dix!

    10-Ce levier de démultiplication collective, cette "puissance"  est l'énergie la plus compliquée à suivre, que ce soit pour nos petites vies humaines ou les particules les plus élémentaires.

    Particules considérées comme  fondamentales, essentielles.

    "CIRCULEZ, IL Y A TOUT A VOIR"

    Brigitte donne à réfléchir. Jusqu'à  s'en donner le.... tournis !

                                                                                 Sylvie Neidinger

     

    Brigitte Tessier est membre du groupe ARTMIXE, association de peintres et plasticiens grenoblois.

  • Recrutement par cooptation: les limites du marché caché

    Imprimer

    Le "marché caché" de l'emploi à Genève est estimé à 70%.

    Au coeur d'une fourchette allant de 60 % à 80% car par définition, il est difficile d'estimer ce qui est ...fermé !

    On pourrait tout aussi bien renommer ceci le "marché interne" ou le "marché de cooptation".

    En effet il s'agit de postes à pourvoir qui ne sont pas annoncés sur le marché ouvert, des offres souvent même pas rédigées et qui se transmettent à l'oral.

    L'avantage du système est un recrutement peu onéreux qui ne passe pas par les agences de placement, les chasseurs de têtes  et tout le tralala.

    Si un employé recommande chaudement un individu qu'il connait, on peut penser qu'il engage son image, sa responsabilité et que, de fait il recommande une personne bien  adaptée au poste.

    Le système a pourtant ses travers.

    J'ai exemple d'une petite structure professionnelle [volontairement non citée] composée de huit  individus (10 depuis), actuellement  fortement impactée en négatif au coeur d'une crise  justement pour ces raisons.

    Par recrutement caché, l'un des huit récemment arrivé a fait ensuite engager deux nouveaux. Ils ont été embauchés, dont l'un à un poste de responsabilité.

    Résultat au bout de une année....la catastrophe totale !

    Car les deux nouveaux et le n°8 avaient travaillé ensemble dans le passé et se connaissaient. Il y a même un lien familial entre deux des trois;

    Ils ont donc  spontanément formé un bloc d'autant plus puissant que à trois sur dix, cela représente un tiers de l'effectif total: c'est beaucoup.

    Le problème justement est que les nouveaux entrants  sont arrivés avec leurs liens pré-existants, dont  la culture d'entreprise de leur ancienne boîte qui de facto s'est plaquée sur  l'entreprise recruteuse.

    Créant justement cette crise en interne tellement les règles de fonctionnement furent modifiées...

               LES LIMITES DU RECRUTEMENT PAR ...COPINAGE

    Le problème s'accentue avec la particularité si fréquente à Genève d'une direction située en suisse germanophone, un peu lointaine, qui laisse souvent le local genevois travailler en solo et qui va mettre un temps fou à comprendre la véritable situation. Elle en sera bien  consciente lorsque la relation client sera dégradée... donc un peu tard.

    Le marché de l'emploi caché prend le risque du copinage.

    Avec un recrutement classique, externe [de personnes non connues en interne] ce risque d'importation et de prise de pouvoir par  une culture d'entreprise autre est exclu.

    Rien n'est simple....

                                                                                  Sylvie Neidinger

     

     

  • Genève d'un point de vue original: perspective du Rhône vers... l'amont à Seyssel

    Imprimer

     Trouvé sur le site de geol-alp.com un cliché- dont l'auteur se nomme Maurice Gidon- fort intéressant.

    La perspective est inversée par rapport à l'habitude que l'on a de "lire" les paysages d'un fleuve vers l'aval !

    C'est extrêmement scientifique que de bousculer les habitudes et chercher d'autres voies d'observation  SN

     

    crédit images /capture d'écran du site évoqué

     

    Capture.GIF

    Lien permanent Catégories : A-GeneVie, A-Grand Genève 0 commentaire
  • Cinéma et Architecture: ouverture des 15ème rencontres internationales d'Annecy

    Imprimer

     Ce soir,  20 novembre à 19h30, inauguration du Festival  Cinéma et Architecture  en présence de Sandra Calligaro, réalisatrice, de la créatrice sonore Julie Rousse ( Mumbaï 2014, George Rousse, sur le plus grand bidonville au monde en Inde) et du photographe Pierre Vallet (pour son expo associée sur le  viaduc Saint-Gervais) festival,cinema,sandra calligaro,architecture,annecy

    Vingt neuf films programmés dont certains à voir "hors le murs" en l'occurrence à Annemasse et Saint-Julien (ciné rouge et noir)

          QUESTION DE BASE: UN BATIMENT PEUT-IL CHANGER LA VIE D'UN QUARTIER?


    Elle est posée par les initiateurs des rencontres, la Maison de l'Architecture de Haute Savoie, ...maître d'oeuvre et maître d'ouvrage  de ce festival :"Les films sélectionnés pour cette 15e édition des Rencontres Cinéma & Architecture nous conduisent de Sydney à Paris, des écuries royales aux logements sociaux ou des grandes mégapoles aux petits villages, à la rencontre des utopies des grands architectes et de l’inventivité des habitants et des passants qui animent les lieux. Un bâtiment peut-il changer la vie d’un quartier, modifier l’image d’une ville, tisser de nouvelles relations entre les gens ou concrétiser des approches écologiques ? Les architectes expliquent, les cinéastes explorent, les usagers témoignent."

    festival,cinema,sandra calligaro,architecture,annecy

    Un exemple à visionner : Sous la peau de Phyllis Lambert, militante urbaine." par les films de la Perrine, ONFC, Philia films du Canada.Ou celui sur la métamorphose des écuries de Versailles autour d'un certain Bartabas par les Film de Tamarin....

    S'intéresser aux messages bien particuliers mais à vocation urbaine donc collective  des réalisateurs de films d'archi !

                                                                                Sylvie Neidinger

    festival,cinema,onfr,philia films,films de la perrine,sandra calligaro,architecture,annecy

     

    festival,cinema,onfc,les films du tamarin,philia films,films de la perrine,sandra calligaro,architecture,annecy


  • Blog Live #museomix n°2-Incontournable visite initiale du MAH

    Imprimer

    A Genève autour de 150 personnes participent au #museomix de toutes générations, tous horizons, tous métiers. Geeks, informaticiens et bricoleurs compris.geneve; mah,#museomix,museomixleman

    Un marathon créatif à l'intersection de la médiation culturelle, de la culture numérique et de l'innovation collective pour inventer de nouveaux outils et usages de l'Institution muséale.

    Il démarre évidemment par une visite, traditionnelle du musée dont l'évènement  va ensuite "prendre possession " dans  le Lab, en zone dédiée.

    geneve; mah,#museomix,museomixlemanRendre visite au retable de Konrad Witz, un petit coucou à l'ami  Rousseau- celui peint par  Quentin de La Tour, non pas celui peint par Jean Etienne Liotard. Normal: il a  disparu  n'ayant pas plu à l'intéressé! geneve; mah,#museomix,museomixlemanRemarque: il avait raison de maîtriser son look, le philosophe puisque son portrait installé au MAH fait référence !

    Face à lui .... dans la même salle Jean-Etienne Liotard en rigole toujours ! Humour des conservateurs genevois que d'avoir réuni ces deux là en face à face pour l'éternité.

    L'humour à ne pas négliger aujourd'hui pour museomixer gaiment.

    Rire, toujours rire...

                                                                                Sylvie Neidinger

     

     Blog-Série n°9  Blog Live #museomixleman du #BlogNeidinger:

    1-Muséomixez !

    2-Blog Live #museomix n°1- Le gong retentit !

    3-Blog Live#museomix n°2-Incontournable visite initiale du MAH

    4-Blog Live #museomix n°3-Flasher, choisir, agir

    5-Blog Live #museomixleman n°4- International: six musées connectés

    6-Blog Live #museomixleman n°5- Métier: facilitateur...graphique

    7-Blog Live #museomix n°6- Muséomixture geek !

    8-Blog Live #museomix n°7- Dimanche 15 H Les prototypes sont prêts !

     9-Blog Live #museomix n°8- People make museum: les fondateurs

    10-Blog Live #museomix n°9 Stéphanie Bacquere, un des fondateurs

    11-Première expérimentation de Live blogging: nouvelle rubrique


  • MEG, à 18H: ouverture-inauguration du nouveau Musée d'Ethnographie de Genève

    Imprimer

    Jour de fête ....culturelle à Genève. Ce n'est pas tous les jours que l'on inaugure  un nouvel espace dédié à la culture! Le  soleil est de la partie ce 31 octobre, au ciel bleu azur.

    Neuf dans tous les sens du terme puisque livré dans le bel emballage d'un nouveau bâtiment construit à propos. inauguration,meg,musée ethnographique de geneve

    Musée d'ethnographie de Genève

    Boulevard Carl-Vogt 65-67, Plainpalais


     

    Totem, le magazine MEG présente les festivités spécifiques des 3 jours à venir  (pdf en lien sur le site Meg)

    PERFORMANCE FACEBOX

    Le programme est varié.

    Musical avec  Gypsy sound system, la Big Drum du "Commando Percu", Fafapunk, Souleyman)..

    Des contes, les collections permanentes.

    Les expos dont celle  d'une tombe royale péruvienne de la culture Mochica ou Moché, le Ciné de poche dans la Bibliothèque Marie Madeleine Lancoux pour visionner les films de la collection  MEG, les Archives Internationales de la Musique Populaire AIMP, le jardin pour la détente en plein air...

    Et tout le reste car un  musée moderne est en réalité une déclinaison !

    "vous n'imaginez pas tout ce qu'il est possible de faire au MEG" indique  le doc.

    L'ethno, cette science de l'homme dans son comportement,  aux croisées de la sociologie, de l'histoire des productions humaines artisanales, artistiques...  s'intéresse aux expressions vivantes culturelles.

    En fête aujourd'hui à Genève,  l'ethnologie n'oublie pas les Réseaux Sociaux, ces nouveaux outils numériques qui engendrent des néo-comportements sociétaux et communautaires.

                                           Selfisez-vous  dans la FACEBOX !

    Une performance est programmée, à 18h30. L'artiste Djeff invite le public à poser dans une cabine photomaton, au centre de la scène. Le dernier photographié se verra "selfisé" en compagnie de parfaits inconnus.

    Avec Djeff: le "Face"de book "(ici de box..) dans toute la splendeur des sel"Fies" des" Faces" ou visages. Visage: notre rapport à l'autre !

    Totem indique en page 30 :" cette image inscrit le nouvel utilisateur au centre d'un réseau aléatoire, reflet des rencontres possibles mais virtuelles qui rappelle dans le contexte de l'inauguration du MEG que le dialogue des cultures fût-il virtuel commence ici et maintenant. "

    Maintenant, c'est aujourd'hui à 18 heures !

                                                                                              Sylvie Neidinger

  • Vélo maso

    Imprimer

    Désolée pour le caractère perso de la note mais la thématique est générale.

    Hier 29 je me rendais vers un "boutduborddulac" qui m'était inconnu, celui d'Yvoire pour la très intéressante expo Défilé alpin Mode et Montagne du XIXème à nos jours juste avant qu'elle ne ferme au 31 octobre.

    En mode écolo-économique-développement durable. Donc programme: train+vélo (en tout état de cause, les transports publics pour se rendre à Yvoire sont presque inexistants)

    Sur mappy: arriver en gare de Perrignier, traverser une forêt, arriver à Sciez puis longer le lac aux eaux sublimes du côté d'un rivage au nom imprononçable Excenevex puis Domaine la Rovorée (Yvoire).

    Une quinzaine de kms, trente aller retour: jouable.

    Y aller ou pas?

    La dernière  fois que j'avais roulé sur une départementale en bicyclette remonte à l'adolescence, un bail...Choix d'essayer à nouveau.

    Problème: le trajet réel  fut  immédiatement inquiétant. Sur ces routes souvent larges et droites, donc magnifiques, les véhicules roulent à la vitesse autorisée souvent 90km /h.

    Voitures et camions,  surtout si rien ne vient  en face, doublent donc à cette vitesse juste en se déportant  un peu à gauche.

    Et frôlent le cycliste  à un mètre à peine ...à 90 km/h, voire moins (80,70..) s'ils sont prudents. Mais cela fait encore beaucoup.

                                                  ROULETTE RUSSE

    Quelle inquiétude d'entendre arriver un engin mobile et de se dire à chaque fois: j'espère que le conducteur est bien là, qu'il ne regarde pas sur sa gauche ou son portable.

    Tension...alors que la route était bucolique: arbres et champs puis sublimes vues sur le lac.

    Sentiment de mettre sa propre sécurité dans les mains d'inconnus dont on ne peut préjuger du comportement. Roulette russe.

    La cycliste que j'étais se tenait le plus à droite possible sans embardée évidemment dans la stricte attitude du "partage de route" et sans atteinte au code de la route.

    Bien à la droite de la chaussée également  en pleine  ville à Sciez. Pourtant dans cette agglomération, une automobiliste (une "furieuse" au sens hoolywoodien du terme des Furious, à la "orange mécanique") descend sa vitre et hurle que je dois rouler sur le ...trottoir. Sympa! L'idéal évidemment est la piste cyclable quand elle existe.

    Sur ce trajet de bord de Léman, je traverse par deux fois des chantiers routiers, des travaux en cours dont les panneaux annoncent  des aménagements d'une  vélo route que le département 74 t les collectivités locales mettent en place.

    vélo,vélo maso,cyclisme,cg74,rhône,danger,sciez,excenex,chemin de halage,léman,route,véloroute du sud léman  Enfin à destination, je fais part aux chargées d'accueil du lieu culturel La Rovorée de cette difficulté vécue  à avoir "testé" le mode de transport vélo sur route normale.

    Par le plus grand des hasards,  arrive sur ces lieux une employée, visiblement en  retard. " Il vient d'y avoir un gravissime accident, dit-elle- vélo,cyclisme,danger,sciez,excenex,chemin de halage,léman,route,véloroute du sud lémanil y a 10mn: une cycliste renversée".

    Exactement là où j'étais 10 mn avant. Sur la vélo route dit " internationale" et  "verte".

    Toutes mes intuitions n'étaient pas vaines. La roulette russe est bien tombée... sur une autre cycliste.

    Cette dame inconnue  touchée, fauchée, c'est nous tous en fait. Tous ceux qui prennent le vélo sur route ordinaire.

                                            VELO ROUTE INTERNATIONALE

     

    Renseignements pris, cette  voie est bien  dédiée au vélo mais "en partage": un peu ambigu comme programme..!

    Elle se nomme la Vélo route du Sud Léman. Elle est à caractère international, car  se connectant à la Suisse  pour un futur tour complet du lac. Donc connectée au Valais.

     "La véloroute du Sud Léman est en cours de réalisation et s’étendra sur environ 80 km. Elle a pour vocation de prolonger l’itinéraire du Léman à la mer par la rive sud du Lac Léman et rejoindre la Route du Rhône Suisse dans le Valais

    Un tel itinéraire à pour ambition de proposer un bouclage du tour du lac Léman certes, mais surtout un grande véloroute internationale le long du Fleuve Rhône (de sa source en Suisse jusqu’à la méditerranée) Celle-ci pourrai faire l’objet d’une inscription au Schéma des véloroutes européen Eurovélo.

     

    vélo,cyclisme,danger,route,véloroute du sud léman

    Je m'intéresse à cette vélo route et son aménageur qui indique sur site évidemment sa non responsabilité:
    "Vous vous engagez sur ces parcours sous votre propre responsabilité. Les collectivités et voiesvertes.com ne peuvent être tenus responsables des accidents qui pourraient survenir sur les itinéraires décrits dans ces pages. Bonne balade à tous."

    Cette phrase est exacte: le CG74 investit et améliore le réseau. Il ne peut gérer les comportements individuels comme ici, dans l'accident, celui du  premier chauffeur qui aurait évité le vélo en toute dernière minute, le second véhicule derrière n'ayant pas pu éviter lui car n'ayant rien vu, son champ visuel étant pris par la première voiture.

    Tout au plus l'aménageur public  peut-il  faire un affichage spécifique  signalant  spécifiquement une mixité vélo/route ?

    Et tout de même, gérer ce problème de communication majeur? Signaler que ces routes ne sont pas dédiées au cyclotourisme  pur car elles sont, en réel  hyper fréquentées par voitures et camions.

    A savoir le Chablais, enclavé, souffre de ses routes. Il y manque une voie rapide.

    De tout cela, je ne tire aucune conclusion à caractère général. Et très certainement aucune  contre l'opérateur public qui investit pour améliorer les routes, pour tenter de rendre les paysages de bord de lac faciles aux cyclos. Juste suggérer de faire attention à la communication sur la réalité de la densité et nature de la circulation.

    Une conclusion à titre privé toutefois : mon auto-promesse de ne jamais plus emprunter un vélo sur voie publique nulle part. Et pas spécialement en bord de lac !

    Donc plus jamais  en mode écolo-économique-développement durable.

    Juste garder l'aspect vélo loisir. Mais alors il faut aller le chercher le long de pistes cyclables spécifiques si elles existent.

    Comme sur les anciens chemins de halage (Rhône, Isère et autres fleuves) garantis hors circulation moteur. Car c'est bien  en proximité  du mode fluvial que la bicyclette trouve sa sécurité maximale.

    Historiquement, les bords du Léman  n'étaient pas concernés par le halage. Le lac étant  traversé toutes voiles dehors par de vrais coursiers rapides. Les chemins spécifiques n'existent pas.

    Il faut donc faire avec la mixité   si l'on veut malgré tout jouer à la roulette russe sur les routes bucoliques dites vertes (!!) ou noires. Cela se nomme le vélo maso.


                                                                   Sylvie Neidinger


    *Où rouler dans le "grand grand Genève"? Nombreux venant de Suisse ou France  s'arrêtent en gare de Bellegarde (Ain) et suivent les voies de halage du Rhône à bicyclette.